• FORUM CITOYEN
    FORUM CITOYEN
    Initiative de CE-JILAP, CEDH et OHJ;
    un espace de plaidoyer pour la réforme de la Justice en Haïti.
  • FEDA
    FEDA
    Ferme d’expérimentation et de démonstration apicole d’Anse-à-Veau, modernise l’apiculture, soutient les associations de paysans apiculteurs et vous offre ses produits naturels : ldromel l’Ansavelais, sirop de miel, vinaigre et bougies Rocher Laval.
  • FEDA
    FEDA
    Ferme d’expérimentation et de démonstration apicole d’Anse-à-Veau, modernise l’apiculture, soutient les associations de paysans apiculteurs et vous offre ses produits naturels : ldromel l’Ansavelais, sirop de miel, vinaigre et bougies Rocher Laval.
  • enfolien.net
    enfolien.net
    Comment améliorer la situation de nos paysans ?
  • enfolien.net
    enfolien.net
    Quels programmes pour la survie de nos enfants ?
Interviews
INTERVIEW / VIOLENCES SEXUELLES SUR LES FILLETTES, GROSSESSES PRÉCOCES : PROBLÈMES DE SOCIÉTÉ ADRESSÉS PAR KAY FANM PDF Imprimer Email
Groupes et Associations
Mardi, 20 Mai 2014 09:54

Kay Fanm


• Secteur (s) : Femme

• Zone (s) d’intervention : Port-au-Prince, Nippes, Artibonite

• Groupe (s)-cible (s) : Fillettes, adolescentes, femmes adultes

• Source (s) de financement : Terre des Hommes Suisse, Solidarité 3 Rivières, Droits et Démocratie, ONU Femme

• Siège (s) de l'intervenant: Entrée rue Jn-Baptiste, rue Jolibois, # 2, Canapé Vert, Port-au-Prince, HAÏTI

Tél. : 2816 2133 / 2816 2134
Courriel : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
www.kayfanm.info

 

Dans cet extrait d’une interview réalisée par François Pierre Jeanco avec notre invitée, Danièle Magloire représentant l’organisation féministe KAY FANM, nous plancherons sur la question de la violence sexuelle sur les fillettes et les grossesses précoces. Cela donnera aux lecteurs/trices, l’opportunité de mieux connaître cette militante, de bien comprendre la notion juridique de viol, le problème de la grossesse précoce parmi nos jeunes et le travail accompli par les organisations féministes. Ils verront surtout la nécessité de prendre au sérieux ces phénomènes dans notre société.

_____

 

E-L.-Nous vous saluons et avant d’aborder la question de la violence sur les fillettes et la grossesse précoce, pouvez-vous nous parler de vous ?

D.M.-Je suis Danièle Magloire, une militante des droits humains, en particulier des droits de la femme et des filles. Je suis donc une militante féministe. En ce qui a trait à ma formation, je suis sociologue, spécialiste en droits humains et plaidoyers. Militante active du mouvement féministe en Haïti, je suis une des dirigeantes de l’organisation Kay Fanm.

 

E-L.-Quelle fonction occupez-vous à Kay Fanm ?

D.M.-Je suis un membre de la Coordination. En plus de siéger dans la Coordination, puisque Kay Fanm en tant qu’organisation n’a pas un bureau à proprement parler ni ne possède tous les moyens lui permettant de fonctionner normalement, nous avons monté une petite équipe permanente et c’est le travail des membres qui aide l’organisation à se maintenir en vie.

 

E-L.-Avant d’entrer dans les détails, parlez-nous un peu de Kay Fanm.

D.M.-Kay Fanm compte maintenant 30 années d’existence. Elle est fondée en 1984, donc sous le régime des Duvalier. Ce qui a fait que le travail ne pouvait pas être accompli comme nous le faisons aujourd'hui. Particulièrement dans les derniers moments de la dictature, la situation était devenue plus difficile. On travaillait pratiquement dans la clandestinité. Nous avons refait surface - comme c’est le cas pour toutes les autres organisations - après le 7 février 1986. Et depuis, nous sommes là.

 

Lire la suite...
 
INTERVIEW / ÉDUCATION SPÉCIALE ET DÉFICIENCE INTELLECTUELLE : LES SERVICES DU ‘’CES’’ DANS LE MILIEU HAÏTIEN PDF Imprimer Email
Groupes et Associations
Jeudi, 16 Janvier 2014 18:10

Centre d'Education Special


• Secteur (s) : Éducation

• Zone (s) d’intervention : Port-au-Prince (actuellement) / Autrefois, tout le pays

• Groupe (s)-cible (s) : Enfants déficients intellectuels, parents, enfants normaux d’âge préscolaire

• Source (s) de financement : ONG et autres

• Siège (s) de l'intervenant :
73, rue de l’Enterrement
Port-au-Prince, HAITI

Tél : 3731 6646
Courriel : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. , éducation_spé Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Cette interview avec deux responsables du CES (Centre d’Éducation Spéciale), Maryse Jn Jacques, directrice, et Ghislaine Fabien Thomas, physiothérapeute, conduite par François Pierre Jeanco, permet de comprendre le concept d’éducation spéciale dans son ensemble et le champ d’action de ce Centre en matière de déficience intellectuelle en Haïti. Une institution de référence oeuvrant dans un domaine particulier de l’enfance accueillant très peu d’intervenants dans le pays, qui, depuis quelque temps et beaucoup plus après le tremblement de terre du 12 janvier 2010, fait face à de sérieuses difficultés, mais se débat encore pour continuer à accomplir sa mission.

____________

E-L –Nous saluons les lecteurs d’ENFO-LIEN. Nous recevons deux responsables du Centre d’Éducation Spéciale (CES). Laissons-leur le soin de se présenter au public.

M.J.J.-Mon nom est Maryse Jn-Jacques. Je suis directrice générale du Centre d’Éducation Spéciale (CES).

 

E-L -Est-ce que vous pouvez expliquer pour les lecteurs ce qu’on entend par éducation spéciale ?

M.J.J.-Comme son nom l’indique, c’est une éducation spéciale. Le mot ‘spécial’ signifie que cette éducation ne se fait pas comme les autres. Elle porte attention aux besoins d’une série de personnes bien spécifiques. Dans notre cas, au Centre d’Éducation Spéciale, elle réfère aux enfants à déficience intellectuelle. Mais, on appelle aussi éducation spéciale, celle donnée aux non-voyants. Par exemple, on apprend à ces gens, dans des circonstances bien particulières, à lire le braille et à travailler en braille (écriture pour non-voyants, lecture avec les mains ). De la même manière, pour les sourds, il existe un langage des signes. Elle est tout aussi valable pour des enfants qui ont des problèmes de motricité. Donc, c’est ajuster une éducation aux besoins de l’enfant et lui permettre d’apprendre le plus que possible malgré son problème de déficience.

Lire la suite...
 
INTERVIEW / LA FORMATION DE TRAVAILLEURS SOCIAUX EN HAÏTI PDF Imprimer Email
Autres
Jeudi, 02 Janvier 2014 22:26

Universite d'Etat d'Haiti


• Secteur (s) : Université

• Zone (s) d’intervention : Port-au-Prince

• Groupe (s)-cible (s) : Étudiants

• Source (s) de financement : UEH – Trésor public

• Siège (s) de l'intervenant:
Avenue Christophe, Port-au-Prince
HAITI
Tél : (509) 2222-1343 / 2222-2399 / 2223-4602

Extrait d’une interview de François Pierre Jeanco avec le professeur Eddy Lacoste sur le département de Service social à la Faculté des Sciences Humaines de l’Université d’État d’Haïti, unique lieu d’enseignement de cette discipline dans le pays. Celui-ci fera la lumière sur la notion de service social, les contours de cette discipline et ses champs d’application dans le milieu, l’organisation de l’enseignement et son contenu, les difficultés rencontrées et les attentes.

_______

E-L.-Professeur, nous vous saluons. Pour le public d’ENFO-LIEN, pouvez-vous préciser vos responsabilités à la Faculté des Sciences Humaines (FASCH) ?

J.P.E.L.-Je suis Jérôme Paul Eddy Lacoste, responsable du département de service social au sein de la Faculté des Sciences Humaines et professeur dans cette faculté créée depuis 1974 par Salomon Pierre- Louis. Depuis lors, cette institution universitaire reçoit des jeunes après la fin de leurs études secondaires et les prépare pour qu’ils puissent répondre à leurs aspirations et à celles existant dans la société.

E.L.-Professeur Lacoste, le public d’ENFO-LIEN aimerait savoir comment se fait la formation de cadres pour le secteur social du pays et aussi avoir des précisions sur le concept de travail social.

J.P.E.L.- Le service social est une discipline scientifique qui étudie les problèmes sociaux auxquels sont confrontées les sociétés tout en intervenant sur ceux-ci. Ces problèmes se rencontrent dans divers paliers de la société et découlent soit de l’insuffisance de l’État, soit de l’organisation même de la société. Ils embrassent l’enfance, la paysannerie, la pauvreté, et tous les disfonctionnements existant dans la société. Le travail social étudie tous ces problèmes en même temps qu’il prévoit des interventions. Ce qui en fait caractérise le travail social en tant que discipline, c’est l’étude concrète des problèmes en tant que tels, en touchant leur aspect historique, leurs caractéristiques, leurs manifestations, pour arriver à les cerner. L’autre niveau renvoie à l’intervention, méthodologique et pratique pour trouver le programme, le plan ou le projet approprié en vue d’enclencher un processus d’accompagnement des personnes qui vivent ces problèmes sociaux. Donc, à la Faculté des Sciences Humaines, au département de service social plus spécifiquement, on assure la formation de travailleurs sociaux pour qu’ils puissent répondre à la demande sociale, aux différentes carences sociales.

Lire la suite...
 
INTERVIEW / LA FORMATION DE SOCIOLOGUES À LA FACULTÉ DES SCIENCES HUMAINES DE PORT-AU-PRINCE PDF Imprimer Email
Autres
Jeudi, 05 Septembre 2013 19:09

Université d'Etat d'Haiti


• Secteur (s) : Université

• Zone (s) d’intervention : Port-au-Prince

• Groupe (s)-cible (s) : Étudiants

• Source (s) de financement : UEH – Trésor public

• Siège (s) de l'intervenant: Avenue Christophe, Port-au-Prince HAITI
Tél : (509) 2222 1343 / 2399; 2223 4602

Extrait d’une longue interview de Kettia Taylor avec la professeure Nora Brutus, chef du département de sociologie à la Faculté des Sciences Humaines (FASCH) où l’on prépare des cadres pour le secteur social dans le pays. On y trouvera, entre autres, des informations sur la finalité de la formation des étudiants en sociologie, l’organisation des cours, le contenu du programme dans ses aspects théorique et pratique, les difficultés rencontrées et les limites de cet enseignement … Un important repère pour ceux-là qui réfléchissent sur la problématique de l’enseignement supérieur en rapport avec les changements à opérer dans la société haïtienne.

_______

E-L.-Nous recevons à Enfo-Lien la professeure Nora Brutus… Pouvez-vous vous présenter au public d’Enfo-Lien ?

N.B.-Je suis Nora Brutus, sociologue, professeure de sociologie à la Faculté des Sciences Humaines (FASCH). Pour le moment, je travaille en tant que responsable du département de sociologie à la FASCH. J’ai fait d’abord mes études universitaires à la FASCH de 1999 à 2003, ensuite, j’ai été faire une maîtrise en sociologie à l’Université de Montréal. En 2010, je suis revenue au pays et depuis, je travaille à la FASCH, d’abord comme professeure et je joue le rôle de responsable du département de sociologie depuis peu.

UEHE-L.-Étant donné que l’entretien planche sur la formation de cadres à la Faculté des Sciences Humaines pour le secteur social, il serait opportun que vous nous disiez comment vous percevez le secteur social en général et plus précisément en Haïti. En d’autres termes, pour vous, c’est quoi exactement ce secteur ?

N.B.-Pour considérer ce qu’on appelle ‘’le social’’, je dirais qu’il implique un ensemble d’activités qui se développent dans une société. Celles-ci peuvent être d’ordre politique, économique, environnemental etc… Donc, ce secteur réfère à tous ces groupes de phénomènes qui se produisent dans la vie quotidienne au sein d’une société, qu’ils soient économiques, politiques ou découlant d’autres aspects, environnementaux par exemple, et j’en passe.

On peut inclure d’autres champs, comme par exemple la santé, l’éducation... Au fait, il s’agit de tout ce qui constitue la vie des gens en général. En outre, on pourrait considérer chaque aspect séparément. Dans l’aspect économique par exemple, on pourrait voir la production, le flux des marchandises, le commerce etc. Dans l’aspect politique, on pourrait observer les divers mouvements politiques et leur évolution, le niveau gouvernemental, différents secteurs de la société civile qui s’activent dans la vie politique. En fait tout ceci embrasse ce qu’on appelle « le social » en tant que tel.

Lire la suite...
 
INTERVIEW / DIMINUER L’IMPACT DES RISQUES ET DÉSASTRES DANS LE BAS-ARTIBONITE : OXFAM EXPLIQUE… PDF Imprimer Email
ONG
Lundi, 29 Juillet 2013 14:59

Grande Saline


 

• Secteur (s) : Humanitaire

• Zone (s) d’intervention : Bas-Artibonite (Grande Saline, Desdunes, Marchand, Petite-Rivière, Verrettes, l'Estère, St Marc/Bocoselle)

• Groupe (s)-cible (s) : Agriculteurs, Population Artibonite

• Source (s) de financement : Fondations, Hope For Haiti Now (H4HN), Particuliers

• Siège (s) de l'intervenant: HAITI - 3 bis, rue Sonon Menos, Peguy-Ville, Pétion-Ville

USA - 226 Causeway street, 5th floor, Boston MA, 02114

Pour attirer l’attention sur le début de la saison cyclonique, cette interview conduite par Daniel Dieujuste, collaborateur d’ENFO-LIEN, fait suite à la première accordée par Wasley Demorne de l’OXFAM, sur les interventions de cette ONG pour aider la population du Bas-Artibonite à préparer et prévenir les risques et désastres qui la menacent. Elle met surtout l’accent sur les dégâts de tous ordres causés par les inondations et fait état des activités de ‘mitigation’ entreprises pour y faire face

E-L-Nous saluons Wasley Demorne, officier humanitaire à l’OXFAM , qui est encore notre invité aujourd’hui.

W.D.-Je vous salue Daniel, ainsi que tous ceux et toutes celles qui suivent Enfo-Lien.

E-L-Nous avons annoncé que nous allions continuer à fouiller la question des risques et désastres avec OXFAM qui appuie dans l’Artibonite un programme sur 7 communes. Est-ce que vous pouvez nous rappeler les 7 communes où intervient OXFAM ?

W.D.-Les sept ( 7) communes touchées par le programme sont: Grande Saline, Desdunes, Verrettes, Marchand Dessalines, Petite-Rivière de l’Artibonite, l’Estère et Saint-Marc (dans la 5e section communale de Bocoselle). L’Estère ne fait pas tellement partie du Bas-Artibonite, mais vu sa topographie, elle est reliée à cette zone en ce qui a trait aux risques et désastres. Nous n’intervenons pas à Lachapelle parce que cette commune est prise en charge par d’autres acteurs, plus particulièrement par Helvetas.

E-L-Pouvez-vous nous expliquer comment considérer les risques et désastres dans ces zones pour pouvoir faire face de façon conséquente à eux ?

W.D.-Le principal risque dans l’Artibonite demeure l’inondation. Viennent ensuite: les cyclones, les gros vents, les pluies denses, les troubles politiques, et en dernier lieu, les problèmes de santé et de maladie.

Lire la suite...
 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 Suivant > Fin >>

Page 2 sur 5

Petites Annonces

 
FEMMES RURALES HAЇTIENNES ET NOUVELLE TECHNOLOGIE (VIDEO)

PROJET JE NAN JE, ACTIONAID, UNDEF

Ouvrir la vidéo

Lire la suite...
 
DES FEMMES RURALES HAЇTIENNES VEULENT AVOIR ACCÈS À LA TERRE (VIDÉO)

PROJET JE NAN JE, ACTIONAID, UNDEF

Ouvrir la vidéo

Lire la suite...
 
VOIX DE FEMMES RURALES HAЇTIENNES DÉPOSSÉDÉES DE LEURS TERRES (VIDÉO)

PROJET JE NAN JE, ACTIONAID, UNDEF

Ouvrir la vidéo

Lire la suite...
 
TERRE, EAU, SEMENCES, ENVIRONNEMENT, CHEMINS DE LA VIE - MOBILISATION DU MPP : JOUR DE L’ENVIRONNEMENT

MPP

À l’occasion du 5 Juin, journée internationale de l’environnement, depuis quelque temps, le MPP (Mouvement Paysan de Papaye), en collaboration avec d’autres organisations paysannes, se mobilise sur la question des semences indigènes et la biodiversité en général. Le 5 Juin 2010, le MPP avait organisé une grande manifestation contre Mosanto qui avait fait don au gouvernement haïtien de semences de maïs hybrides ou OGM (organismes génétiquement modifiés) ; un cadeau empoisonné visant à éliminer les semences locales. Cette marche avait rassemblé plus de 20,000 paysans venus des quatre coins du pays.

Chaque année, le MPP entreprend des activités pour rafraîchir la mémoire sur les semences indigènes dont les paysans sont dépositaires, pour les mettre au service de l’humanité.  Ce sont les paysans et les peuples indigènes qui doivent gérer ces semences pour produire les aliments sains devant nourrir les populations de la planète. Aujourd’hui, les multinationales de l’agrobusiness veulent dépouiller les paysans de ce bien. Et nous autres, nous luttons contre cette machine. Nous défendons le droit à la production et l'utilisation de ces semences.

Les 4 et 5 Juin 2014, au Centre national de formation de cadres paysans de Papaye, les organisations membres du CLOC, de Via Campesina, en l’occurrence le MPP, le MPNKP (Mouvement Paysan National du Congrès de Papaye), TK (Tèt Kole), avec la participation de KROSE (Coordination Régionale des Organisations du Sud-Est), lanceront une grande mobilisation sur le thème : TERRE, EAU, SEMENCES, ENVIRONNEMENT, CHEMINS DE LA VIE.

Lire la suite...
 
Conférence sur la République démocratique du Congo et Haïti: Pour la Sagesse et la Paix

ASSOCIATION DUCHAMPS-LIBERTINO

ASSOCIATION DUCHAMPS-LIBERTINO pour l'encouragement de la Sagesse et de la Paix dans le Monde

CONFÉRENCE DE MARTINE LIBERTINO LE 29 AVRIL 2014

S'affranchir des émotions dans les programmes d'éducation pour la paix et dans l'aide au développement

Bilan et perspectives en République Démocratique du Congo et en Haïti

Le mardi 29 avril 2014 à 19h

Maison des Associations

Salle Rachel Carson

15, rue des Savoises • 1205 Genève

(de la gare : Tram 15 et bus 1)

Entrée libre

Réservation au 022 751 11 20 ou par courrier électronique ( Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ) jusqu'au lundi 28 avril.

Lire la suite...

Pensées sociales

« À entendre le langage utilisé par les gouvernants haïtiens et les décideurs internationaux pour dire les objectifs de la reconstruction du pays, on pourrait croire qu’un projet de société neuve était en train de prendre forme dans leur imaginaire, que la vieille société d’inégalité et d’injustice s’était effondrée avec le séisme et dans leur tête »
Franklin Midy, sociologue, février 2010

Emission Radio

Écoutez
l’émission radio
d’ENFO-LIEN sur

RADIO KISKEYA

88.5 FM stéréo

DIMANCHE 11H AM- 12H

MARDI 9H - 10H SOIR

JEUDI 9H AM – 10H AM

Capsules

FONDATION FORMATION ET
ÉDUCATION POUR HAΪTI (FFEH)
ffeh_ffea@yahoo.fr

logo ffehServices offerts
▫ Formation d’enseignants axée sur les pédagogies modernes
▫ Vulgarisation de l'approche
‘’Pédagogie du texte’’(PdT)


N.B. Cherche Organismes intéressés à financer la construction et le fonctionnement d'un centre de formation d’enseignants

HAIDEV.NET
wwww.haidev.net
contact@haidev.net
(509) 3776-2053

Le choix de la qualité !


Votre Solution IT:

- Développement
- Base de données
- Systèmes et Reseaux
- Site dynamique
- Emails / Domaine
- Online Backup
- Conseils, Matériels