• FORUM CITOYEN
    FORUM CITOYEN
    Initiative de CE-JILAP, CEDH et OHJ;
    un espace de plaidoyer pour la réforme de la Justice en Haïti.
  • FEDA
    FEDA
    Ferme d’expérimentation et de démonstration apicole d’Anse-à-Veau, modernise l’apiculture, soutient les associations de paysans apiculteurs et vous offre ses produits naturels : ldromel l’Ansavelais, sirop de miel, vinaigre et bougies Rocher Laval.
  • FEDA
    FEDA
    Ferme d’expérimentation et de démonstration apicole d’Anse-à-Veau, modernise l’apiculture, soutient les associations de paysans apiculteurs et vous offre ses produits naturels : ldromel l’Ansavelais, sirop de miel, vinaigre et bougies Rocher Laval.
  • enfolien.net
    enfolien.net
    Comment améliorer la situation de nos paysans ?
  • enfolien.net
    enfolien.net
    Quels programmes pour la survie de nos enfants ?
Documentaires
DOCUMENTAIRE / LE SERVICE ’’LAJAN CASH’’ DE LA BNC : DES TRANSACTIONS FINANCIÈRES AU MOYEN DU TÉLÉPHONE PDF Imprimer Email
Entreprises
Mercredi, 09 Octobre 2013 10:39

Lajan Cash


• Secteur (s) : Finances

• Zone (s) d’intervention : Aire métropolitaine, Port-au-Prince / Objectif : tout le pays

• Groupe (s)-cible (s) : détentrice de téléphones portables entrepreneurs, population en général

• Source (s) de financement : BNC (Banque Nationale de Crédit)

• Siège (s) de l'intervenant: 
Siège central – 103, Angle rues des Miracles et du Quai
Port-au-Prince, Haïti
Tél. : 2816 0080 / 2814 0380
www.bnconline.com

Une exploration en vue de connaître ce nouveau produit financier, LAJAN CASH, et la technologie qui a facilité sa mise au point. Axé sur l’utilisation du téléphone mobile, il a été lancé le 24 Mai 2013 par la BNC (Banque Nationale de Crédit) dans la logique de l’accumulation économique. Mais son évolution dépend de l’interaction entre différents acteurs sociaux et peut causer certains impacts positifs sur des problèmes tels que la centralisation des services bancaires de base, l’insécurité sociale liée aux vols, braquages …

__________

 

Dans le contexte économique difficile de l’après-séisme de 2010, la BNC (Banque Nationale de Crédit), banque commerciale, propriété de l’État haïtien, s’est évertuée à lancer plusieurs nouveaux produits. Le dernier en date, LAJAN CASH, prend une autre dimension en alliant cette fois-ci une approche financière à une autre nouvelle technologie de la communication : le téléphone mobile. Le téléphone portable se retrouve partout dans le monde, y compris en Haïti où de jour en jour sa pénétration au sein de la population s’amplifie. On parle déjà de plus de 4 millions de gens disposant d’un appareil dans le pays.

 

La BNC et ses nouveaux produits

Avant d’aborder dans les détails le programme LAJAN CASH, jetons un coup d’œil sur la BNC.


Lajan Cash

Cette banque dispose aujourd’hui d’un capital social de 1 milliard 500 millions de gourdes et de 34 succursales à travers le pays. Rappelons qu’elle a été en faillite, dilapidée. Elle doit sa relève à la réforme conduite par Guiteau Toussaint assurant sa direction en 1999. Déjà moins de dix ans après, en 2007, elle a été classée 3e sur la liste incluant les banques privées en tête de peloton sur le marché. Ce qui a inspiré le slogan : LE MÊME NOM, UNE AUTRE BANQUE. Après l’assassinat de Guiteau Toussaint en 2011, M. Jean-Philippe Vixamar a été nommé à la tête du nouveau Conseil d’Administration. Celui-ci occupait le poste de Vice-président au sein du Conseil précédent, aux côtés du défunt. Officiellement, le public n’a jamais été informé des résultats de l’enquête sur ce crime. Toutefois, la nouvelle équipe, depuis son installation, s’efforce de continuer le travail dans la droite ligne tracée par ce réformateur. Elle tient encore haut le flambeau hérité en maintenant l’institution à la 3e position dans le classement des institutions bancaires sur le marché, avec même une tendance à occuper la seconde position, si l’on tient compte que ceci a été le cas durant les 6 premiers mois de 2012.

Lire la suite...
 
DOCUMENTAIRE / LE MPP, LA PLUS GRANDE ORGANISATION PAYSANNE LÉGALE DU PAYS ? PDF Imprimer Email
Groupes et Associations
Jeudi, 06 Juin 2013 14:02

MPP


• Secteur (s) : Paysannerie

• Zone (s) d’intervention : Plateau Central en particulier, extension dans tout le pays

• Groupe (s)-cible (s) : paysans, femmes, jeunes

• Source (s) de financement : Caritas nationale, CORDAID, Grassroots International, Action de Carême Suisse, Frères des Hommes, Union Européenne, Protos Belgique, Développement et Paix, MLAL, Progetto Mundial, PHP, PDA, AVSF, UUSC, MIT, Agence française de développement, ACTION AID..

• Siège (s) de l'intervenant:
Papaye, Hinche
Contact : BP 15697 Pétion-Ville - Haïti (+509) 3702 8433| 
www.mpphaiti.org

 

Un va-et-vient dans le passé et le présent conduira le lecteur aux origines du Mouvement Paysan de Papaye (MPP) qui s’étend dans le Plateau Central, à la vision qui sous-tend sa fondation et à l’innovation qu’il renvoie en matière de forme organisationnelle dans le pays. On planchera sur l’approche de structuration en évoquant le MPNKP (Mouvement paysan national du Congrès de Papaye) qu’il a engendré comme son extension dans d’autres départements. Il sera précisé les grandes lignes de ses deux principaux programmes d’intervention : l’éducation/formation et l’organisation puis, l’amélioration de la production paysanne. Quelques considérations spéciales feront ressortir, en dernier lieu, son potentiel dans la lutte sociale et politique pour des changements structurels dans la société haïtienne.

_____________________

Les paysans haïtiens représentent 65% de la population du pays, selon le recensement de 2002. Ils sont les descendants directs des masses esclaves, nos ancêtres devenus nouveaux libres au fort de la lutte pour renverser le système colonial. L’Histoire a montré que leur travail constitue le fondement économique du pays depuis sa fondation en 1804 comme un État anti-esclavagiste. Pendant longtemps, les plus grandes transactions financières reposaient sur les produits d’exportation venant des jardins des paysans, en particulier le café. Mais malgré leur rôle de producteurs de biens ayant permis de raffermir un groupe de gens menant la belle vie dans le pays, malgré leur rôle de producteurs de nourriture qui garantit l’existence de ce pays, dans les sections communales où ils vivent, ils ne bénéficient pas de services d’encadrement de l’agriculture, d’éducation, de santé, de logement et de protection contre les produits de consommation étrangers détruisant leur production. De jour en jour, le milieu rural se désarticule, l’environnement se détruit, obligeant les paysans à migrer vers les villes où ils se réfugient dans les bidonvilles.

Tout au cours de notre histoire, les paysans ont tenté, à maintes reprises, de bouger pour changer leur situation. Après l’indépendance, ils ont organisé de temps à autre des mouvements armés et ce, jusqu’en 1915, sous l’Occupation américaine. Le désarmement général opéré par les soldats américains a cassé leur résistance et, après l’Occupation, ils ont subi beaucoup d’actes de répression, surtout sous la dictature des Duvalier et des militaires ayant succédé à ces derniers. Mais leurs organisations traditionnelles de travail de type combite, escouade, corvée... ont tout de même traversé le temps. Vers la fin des années 1950, ils ont pu mettre sur pied quelques syndicats dans certaines usines agricoles. Et, au début de 1970, vont naître d’autres formes d’organisations, dans la résistance contre le président Jn Claude Duvalier dont le père avait créé les Conseils communautaires pour contrôler les paysans.

 

Lire la suite...
 
DOCUMENTAIRE / COMBATTRE LA DOMESTICITÉ ET LA DÉLINQUANCE JUVÉNILE: LES INTERVENTIONS DE LA FONDATION ZANMI TIMOUN PDF Imprimer Email
Fondations
Mercredi, 24 Avril 2013 00:35

Enfants de l'école primaire de Zanmi Timoun à Delmas


• Secteur (s) : Enfance / Droits humains

• Zone (s) d’intervention : Aire métropolitaine de Port-au-Prince / quartiers populaires, Plateau Central en particulier, tout le pays

• Groupe (s)-cible (s) : enfants en domesticité, enfants séparés de leurs parents, jeunes de quartiers défavorisés

• Source (s) de financement : OIM (Organisation Internationale de la Migration), ICCO, UUSC (Unitarian Universalist Service Committee), IRC (International Rescue Committee), EQUITAS Group, Fonds Haïtien de Boston

• Siège (s) de l'intervenant:
7, rue Rivière, Bourdon, Port-au-Prince, Haïti
Tél. : 2226 8040 / 2226 8038
Email: Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Ce texte présente brièvement la FONDATION ZANMI TIMOUN, une organisation de protection de l’enfance haïtienne. Il met surtout en relief les différents programmes conçus par ses responsables pour adresser particulièrement la problématique des enfants en domesticité en Haïti et prévenir la délinquance chez les jeunes des couches défavorisées issus des quartiers populaires de la zone métropolitaine de Port-au-Prince et/ou vivant dans des camps échafaudés après le séisme dévastateur du 12 janvier 2010.

_______

 

FONDATION ZANMI TIMOUN : SA MISSION ET SA STRUCTURE

Il existe plusieurs organismes intervenant dans la protection de l’enfance dans le pays. Certaines de leurs actions rejoignent celles menées par les organismes de droits humains quand ils cherchent à faire respecter les droits des enfants par des plaidoyers et des activités spécifiques. Mais, ils font un travail humanitaire dans les nombreux efforts déployés pour améliorer les conditions de vie quotidienne des groupes ciblés. L’approche humanitaire adoptée peut répondre ou bien à une situation d’urgence ou bien tendre vers des solutions plus systémiques, plus durables par rapport aux problèmes identifiés. La FONDATION ZANMI TIMOUN représente une de ces organisations haïtiennes de protection de l’enfance qui, depuis 2001, s’est donnée pour mission d’adresser fondamentalement les problèmes des enfants en domesticité, dans la perspective de l’éradication de ce phénomène dans notre société. De plus, en cheminant dans cette direction, la question de la délinquance des jeunes est devenue également un sujet de grande préoccupation dans ses programmes.

La Coordonnatrice, Guylande Mésadieu, apporte plus de détails sur la mission de cette fondation :

‘’On se donne pour mission de lutter contre la pratique de la domesticité qui est dégradante et inhumaine. En fait, comme nous avons l’habitude de le dire, c’est comme s’il existait deux catégories de personnes : les bons enfants, mes enfants et ceux des autres, dont les droits sont violés. Nous voyons donc la question de la domesticité comme une violation de droits de l’enfant, parce que ce dernier a droit à un ensemble d’activités : loisirs, éducation, santé. Tel n’est pas le cas pour un enfant en domesticité qui ne peut pas jouir de ces privilèges. Il n’a pas accès au jeu. Il n’a pas accès à la santé, au point qu’il n’a même pas le droit de dire qu’il est malade. Par ailleurs, à ZANMI TIMOUN, nous disons non à la délinquance. Et, combattre la délinquance signifie aider à la montée d’une nouvelle génération avec une nouvelle vision, une autre mentalité. Même quand on ne peut pas faire de ces enfants des intellectuels, mais on peut les aider à se former, à être responsables et autonomes, à comprendre leur situation, à réaliser par ainsi que la faute ne leur incombe pas s’ils ne vont pas à l’école, s’ils sont en domesticité. La faute ne revient pas non plus à leurs parents. Il s’agit plutôt de l’irresponsabilité de l’État.’’

Lire la suite...
 
DOCUMENTAIRE / LE PROGRAMME ‘’KAY PA M’’ DE LA BNC, UNE OPPORTUNITÉ POUR POSSÉDER UNE MAISON RÉSIDENTIELLE ? PDF Imprimer Email
Entreprises
Jeudi, 11 Avril 2013 07:56

Kay Pam


• Secteur (s) : Logement

• Zone (s) d’intervention : Port-au-Prince, 10 départements géographiques du pays

• Groupe (s)-cible (s) : agents de la fonction publique, employés du secteur privé des affaires, hauts cadres comme directeurs, policiers, employés des ONG, socioprofessionnels, particuliers, commerçants…

• Source (s) de financement : BNC (Banque Nationale de Crédit) – BPH (Banque Populaire Haïtienne)

• Siège (s) de l'intervenant:
Siège central – 97, rue Pavée (bloc entre rue Mgr. Guilloux et Rue de la réunion)
Port-au-Prince, Haïti
Tél. : 2816 0056 / 2816 0057
www.bnconline.com

ENFO-LIEN vous invite à explorer ce récent programme de la BNC, une banque de l’État qui a introduit pas mal d’innovations sur le marché financier haïtien et qui, selon le président de son Conseil d’administration, M. Jean Philippe Vixamar, dans le domaine du logement, cherche à s’aligner sur les orientations de plusieurs banques publiques latino-américaines, pour améliorer les conditions de vie de catégories sociales touchées par le problème d’accès à la propriété immobilière de base dans le pays.

__________

Le programme KAY PA M se situe dans la droite ligne des initiatives prises pour faire avancer une institution d’État, la BNC (Banque Nationale de Crédit), dont l’histoire a prouvé éloquemment que la privatisation n’est pas un passage obligé pour le relèvement de nos structures publiques génératrices de revenus, en déliquescence. La dynamique de développement de cette banque faisant partie du secteur financier public haïtien mérite d’être appréhendée, avant de rentrer dans les détails sur KAY PA M qui constitue un de ses plus récents produits.

KAYPAM

Lire la suite...
 
DOCUMENTAIRE / L’EXPÉRIENCE DE MORNE-À-BRÛLER : DES INTERVENTIONS DU GRD/URD À CELLES DE FODEM PDF Imprimer Email
Groupes et Associations
Lundi, 25 Mars 2013 21:35

Chateau d'eau installé à Morne-à-Brûler par FODEM



• Secteur (s) : Agriculture, Éducation/Formation, eau et assainissement, infrastructure

• Zone (s) d’intervention : 3e section Morne-à-Brûler, Commune La Vallée de Jacmel, Sud-Est

• Groupe (s)-cible (s) : paysans, femmes, jeunes, élèves

• Source (s) de financement : FIDES, CROSE, FOKAL, particuliers, mutuelle de crédit

• Siège (s) de l'intervenant : Morne Rouge, Habitation Milpin

Ce documentaire fera le jour sur les interventions sociales et les approches adoptées, liées à une riche expérience menée à Morne-à-Brûler par l’URD (Unité de Recherche-Développement) , une délégation du GRD (Groupe de Recherche-Développement) installée dans la zone de 1982 à 1988. Après une exploration de cette quête de modèle de développement axée sur la paysannerie dans sa phase appelée communément ‘’projet’’, il embrassera l’après-projet du GRD/URD, dans la dynamique enclenchée de 1988 à nos jours.

________

En 1978, sous le Gouvernement de Jn Claude Duvalier, une ONG haïtienne dénommée GRD (Groupe de Recherche-Développement) a vu le jour à Port-au-Prince. Elle a été mise sur pied par un groupe d’agronomes qui se sont associés à quelques autres1 professionnels dans les secteurs de génie, sciences sociales, santé et autres , pour intervenir spécifiquement dans le monde rural en vue de mener des recherches. L’objectif était de contribuer à la construction d’un modèle de développement axé sur la paysannerie. Cette organisation a choisi Morne-à-Brûler pour commencer ses premières expériences en 1982, avec un financement d’OXFAM Angleterre.

Des activités de développement du Conseil Communautaire à celles menées par de nouvelles formes de regroupement

Morne-à-Brûler, à l’époque, était la 10e section rurale de Jacmel qui comptait, selon le recensement de 1982, 4,265 habitants pour 1005 ménages. Elle s’étendait sur 15 quartiers découpés par l’armée (correspondant à d’anciennes habitations). Elle était gérée et contrôlée militairement par un chef de section, connu pour un modéré, Casimir Payen, relevant du Quartier-général des Forces Armées d’Haïti (FADH) de Jacmel. Ce dernier avait remplacé à ce poste Lorméril Lauture. 17 adjoints répartis dans ces différents quartiers assistaient C. Payen dans son travail. Cette section, aux plans agricole et sanitaire, relevait aussi de Jacmel . Tandis que sur le plan religieux (en référence au découpage paroissial de l’Église catholique), elle se rattachait à Grand-Goâve, par le biais de l’église de Baudin appartenant à la 6e Grande Colline dont elle est limitrophe.

Lire la suite...
 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 Suivant > Fin >>

Page 2 sur 4

Petites Annonces

 
FEMMES RURALES HAЇTIENNES ET NOUVELLE TECHNOLOGIE (VIDEO)

PROJET JE NAN JE, ACTIONAID, UNDEF

Ouvrir la vidéo

Lire la suite...
 
DES FEMMES RURALES HAЇTIENNES VEULENT AVOIR ACCÈS À LA TERRE (VIDÉO)

PROJET JE NAN JE, ACTIONAID, UNDEF

Ouvrir la vidéo

Lire la suite...
 
VOIX DE FEMMES RURALES HAЇTIENNES DÉPOSSÉDÉES DE LEURS TERRES (VIDÉO)

PROJET JE NAN JE, ACTIONAID, UNDEF

Ouvrir la vidéo

Lire la suite...
 
TERRE, EAU, SEMENCES, ENVIRONNEMENT, CHEMINS DE LA VIE - MOBILISATION DU MPP : JOUR DE L’ENVIRONNEMENT

MPP

À l’occasion du 5 Juin, journée internationale de l’environnement, depuis quelque temps, le MPP (Mouvement Paysan de Papaye), en collaboration avec d’autres organisations paysannes, se mobilise sur la question des semences indigènes et la biodiversité en général. Le 5 Juin 2010, le MPP avait organisé une grande manifestation contre Mosanto qui avait fait don au gouvernement haïtien de semences de maïs hybrides ou OGM (organismes génétiquement modifiés) ; un cadeau empoisonné visant à éliminer les semences locales. Cette marche avait rassemblé plus de 20,000 paysans venus des quatre coins du pays.

Chaque année, le MPP entreprend des activités pour rafraîchir la mémoire sur les semences indigènes dont les paysans sont dépositaires, pour les mettre au service de l’humanité.  Ce sont les paysans et les peuples indigènes qui doivent gérer ces semences pour produire les aliments sains devant nourrir les populations de la planète. Aujourd’hui, les multinationales de l’agrobusiness veulent dépouiller les paysans de ce bien. Et nous autres, nous luttons contre cette machine. Nous défendons le droit à la production et l'utilisation de ces semences.

Les 4 et 5 Juin 2014, au Centre national de formation de cadres paysans de Papaye, les organisations membres du CLOC, de Via Campesina, en l’occurrence le MPP, le MPNKP (Mouvement Paysan National du Congrès de Papaye), TK (Tèt Kole), avec la participation de KROSE (Coordination Régionale des Organisations du Sud-Est), lanceront une grande mobilisation sur le thème : TERRE, EAU, SEMENCES, ENVIRONNEMENT, CHEMINS DE LA VIE.

Lire la suite...
 
Conférence sur la République démocratique du Congo et Haïti: Pour la Sagesse et la Paix

ASSOCIATION DUCHAMPS-LIBERTINO

ASSOCIATION DUCHAMPS-LIBERTINO pour l'encouragement de la Sagesse et de la Paix dans le Monde

CONFÉRENCE DE MARTINE LIBERTINO LE 29 AVRIL 2014

S'affranchir des émotions dans les programmes d'éducation pour la paix et dans l'aide au développement

Bilan et perspectives en République Démocratique du Congo et en Haïti

Le mardi 29 avril 2014 à 19h

Maison des Associations

Salle Rachel Carson

15, rue des Savoises • 1205 Genève

(de la gare : Tram 15 et bus 1)

Entrée libre

Réservation au 022 751 11 20 ou par courrier électronique ( Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ) jusqu'au lundi 28 avril.

Lire la suite...

Pensées sociales

« À entendre le langage utilisé par les gouvernants haïtiens et les décideurs internationaux pour dire les objectifs de la reconstruction du pays, on pourrait croire qu’un projet de société neuve était en train de prendre forme dans leur imaginaire, que la vieille société d’inégalité et d’injustice s’était effondrée avec le séisme et dans leur tête »
Franklin Midy, sociologue, février 2010

Emission Radio

Écoutez
l’émission radio
d’ENFO-LIEN sur

RADIO KISKEYA

88.5 FM stéréo

DIMANCHE 11H AM- 12H

MARDI 9H - 10H SOIR

JEUDI 9H AM – 10H AM

Capsules

HAIDEV.NET
wwww.haidev.net
contact@haidev.net
(509) 3776-2053

Le choix de la qualité !


Votre Solution IT:

- Développement
- Base de données
- Systèmes et Reseaux
- Site dynamique
- Emails / Domaine
- Online Backup
- Conseils, Matériels


 

FONDATION FORMATION ET
ÉDUCATION POUR HAΪTI (FFEH)
ffeh_ffea@yahoo.fr

logo ffehServices offerts
▫ Formation d’enseignants axée sur les pédagogies modernes
▫ Vulgarisation de l'approche
‘’Pédagogie du texte’’(PdT)


N.B. Cherche Organismes intéressés à financer la construction et le fonctionnement d'un centre de formation d’enseignants