• FORUM CITOYEN
    FORUM CITOYEN
    Initiative de CE-JILAP, CEDH et OHJ;
    un espace de plaidoyer pour la réforme de la Justice en Haïti.
  • FEDA
    FEDA
    Ferme d’expérimentation et de démonstration apicole d’Anse-à-Veau, modernise l’apiculture, soutient les associations de paysans apiculteurs et vous offre ses produits naturels : ldromel l’Ansavelais, sirop de miel, vinaigre et bougies Rocher Laval.
  • FEDA
    FEDA
    Ferme d’expérimentation et de démonstration apicole d’Anse-à-Veau, modernise l’apiculture, soutient les associations de paysans apiculteurs et vous offre ses produits naturels : ldromel l’Ansavelais, sirop de miel, vinaigre et bougies Rocher Laval.
  • enfolien.net
    enfolien.net
    Comment améliorer la situation de nos paysans ?
  • enfolien.net
    enfolien.net
    Quels programmes pour la survie de nos enfants ?
INTERVIEW / EXPLORATION DE DEUX DES AXES PRIORITAIRES DE LUTTE DE LA SOFA : LES VIOLENCES CONTRE LES FEMMES ET LA PARTICIPATION POLITIQUE PDF Imprimer Envoyer

E-L.-Nous nous sommes attardé à votre préoccupation relative aux violences faites aux femmes, mais si nous voulons considérer d’autres aspects, quelles sont vos priorités ? (Marie Frantz Joachim)

C.J.-Les violences faites aux femmes ne constituent pas notre seul axe d’intervention. Nous avons déjà mentionné la santé de la femme, la lutte contre la féminisation de la pauvreté et la participation de la femme dans les espaces de décision politique.

E-L.-Comment voyez-vous la participation de la femme dans les espaces politiques ?

M-F.J.-Cet axe s’est développé à la SOFA à partir des expériences faites au Ministère à la Condition Féminine. Étant une organisation à caractère revendicatif, les formes utilisées pour faire passer nos revendications sont multiples. Le 8 Mars 1991, nous avons en effet organisé une grande manifestation pour réclamer un Ministère à la Condition Féminine et aux Droits des Femmes (MCFDF) qui prendrait en considération : les paroles des femmes, leurs intérêts, leurs stratégies de lutte, la définition d’une politique publique appropriée et son application.

De la même manière que nous avions lutté pour faire reconnaître l’importance des organisations féministes, nous étions obligées de faire le même exercice pour montrer la nécessité d’un Ministère à la Condition Féminine. En 1995 – 1996, nous avons organisé une grande séance de réflexion au cours de laquelle nous avons réalisé qu’il était fondamental de trouver un mécanisme pouvant permettre la participation politique des femmes. Nous avons ainsi retenu la formule de quota que nous avons vulgarisée. Pour nous, la participation politique des femmes ne doit pas être quelque chose d’élitiste. La SOFA est une organisation composée à 80% de femmes paysannes, i.e. venues de nos sections communales, de nos communes. Nous devons donc être cohérentes. Il fallait les encourager à intégrer les espaces des collectivités territoriales. Au cours des années 1996 et 1997, nous avons organisé toute une série de formations au niveau de ces collectivités pour nos membres et un grand nombre d’entre elles s’étaient portées candidates au niveau des CASECs (Conseils d’Administration de Section Communale) et des ASECs (Assemblées de Section Communale). Quelques-unes faisaient aussi partie de cartels au niveau des communes. C’était donc une préoccupation pour nous.

E-L.-Historiquement, pensez-vous que le Ministère à la Condition Féminine correspond à la conception que vous aviez d’elle en réclamant sa création ?

M-F.J.-Il faut comprendre que le Ministère à la Condition Féminine se trouve sous la dépendance du pouvoir exécutif. À chaque moment historique, la direction qu’elle empruntera va correspondre à la vision du gouvernement en place, à la ligne définie par ce dernier. Ceci explique les différentes orientations adoptées par ce Ministère, qui ne sont pas toujours en concordance avec sa mission et ses attributions. Nous constatons aujourd’hui qu’il s’est éloigné de sa fonction normative, du caractère transversal de ses interventions. Il se retrouve même en conflit avec d’autres ministères, parce que bon nombre des ses activités relèvent beaucoup plus du Ministère des Affaires Sociales, alors que parallèlement il n’adresse pas la question fondamentale de la femme. Il n’est pas là pour résoudre les problèmes individuels d’une mère, mais bien ceux de la majorité. Il doit s’attaquer aux intérêts stratégiques liés à la question de la femme. Quand elle privilégie le programme « ti manman cheri, kat woz, etc. », quel est le nombre de femmes qu’il va pouvoir aider en réalité avec les ‘’cartes roses’’, avec le programme « EDE PEP » ou autres ? Par contre si, par exemple, il élaborait une charte portant sur la reconnaissance de la paternité et que cette loi venait à être promulguée par la Présidence, les femmes de toutes les catégories sociales pourraient en bénéficier. Voilà le rôle du Ministère. Ses actions stratégiques doivent toucher l’ensemble des secteurs ou groupes qui justifient son existence. Malheureusement, ce n’est pas ce qui se fait aujourd’hui. Le Ministère ne travaille pas sur des lois portant sur l’égalité des sexes au niveau des droits et des fonctions exercées. Carole avait soulevé une problématique très importante, celle des violences exercées contre les femmes. De temps à autre, nous proposons des lois. En juillet 2007, nous avons obtenu la signature de la convention de Belem Do Para. Force est de constater que les références légales y relatives sont éparpillées dans les codes civils, le code pénal, etc. Il y a donc nécessité de promulguer des lois sur les violences faites aux femmes. Les organisations féministes n’ont jamais cessé de réclamer ces lois et surtout un véritable cadre légal pour permettre la gestion des cas de viol. Mais le Ministère ne s’en occupe pas. Ce qui nous amène à questionner ses orientations, sans remettre pour autant en cause son existence et son importance. Notre rôle revient à continuer la lutte et à rappeler constamment au Ministère ses attributions.

Page 6 sur 8 Toutes les Pages

<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 Suivant > Fin >>
 

Petites Annonces

 
FEMMES RURALES HAЇTIENNES ET NOUVELLE TECHNOLOGIE (VIDEO)

PROJET JE NAN JE, ACTIONAID, UNDEF

Ouvrir la vidéo

Lire la suite...
 
DES FEMMES RURALES HAЇTIENNES VEULENT AVOIR ACCÈS À LA TERRE (VIDÉO)

PROJET JE NAN JE, ACTIONAID, UNDEF

Ouvrir la vidéo

Lire la suite...
 
VOIX DE FEMMES RURALES HAЇTIENNES DÉPOSSÉDÉES DE LEURS TERRES (VIDÉO)

PROJET JE NAN JE, ACTIONAID, UNDEF

Ouvrir la vidéo

Lire la suite...
 
TERRE, EAU, SEMENCES, ENVIRONNEMENT, CHEMINS DE LA VIE - MOBILISATION DU MPP : JOUR DE L’ENVIRONNEMENT

MPP

À l’occasion du 5 Juin, journée internationale de l’environnement, depuis quelque temps, le MPP (Mouvement Paysan de Papaye), en collaboration avec d’autres organisations paysannes, se mobilise sur la question des semences indigènes et la biodiversité en général. Le 5 Juin 2010, le MPP avait organisé une grande manifestation contre Mosanto qui avait fait don au gouvernement haïtien de semences de maïs hybrides ou OGM (organismes génétiquement modifiés) ; un cadeau empoisonné visant à éliminer les semences locales. Cette marche avait rassemblé plus de 20,000 paysans venus des quatre coins du pays.

Chaque année, le MPP entreprend des activités pour rafraîchir la mémoire sur les semences indigènes dont les paysans sont dépositaires, pour les mettre au service de l’humanité.  Ce sont les paysans et les peuples indigènes qui doivent gérer ces semences pour produire les aliments sains devant nourrir les populations de la planète. Aujourd’hui, les multinationales de l’agrobusiness veulent dépouiller les paysans de ce bien. Et nous autres, nous luttons contre cette machine. Nous défendons le droit à la production et l'utilisation de ces semences.

Les 4 et 5 Juin 2014, au Centre national de formation de cadres paysans de Papaye, les organisations membres du CLOC, de Via Campesina, en l’occurrence le MPP, le MPNKP (Mouvement Paysan National du Congrès de Papaye), TK (Tèt Kole), avec la participation de KROSE (Coordination Régionale des Organisations du Sud-Est), lanceront une grande mobilisation sur le thème : TERRE, EAU, SEMENCES, ENVIRONNEMENT, CHEMINS DE LA VIE.

Lire la suite...
 
Conférence sur la République démocratique du Congo et Haïti: Pour la Sagesse et la Paix

ASSOCIATION DUCHAMPS-LIBERTINO

ASSOCIATION DUCHAMPS-LIBERTINO pour l'encouragement de la Sagesse et de la Paix dans le Monde

CONFÉRENCE DE MARTINE LIBERTINO LE 29 AVRIL 2014

S'affranchir des émotions dans les programmes d'éducation pour la paix et dans l'aide au développement

Bilan et perspectives en République Démocratique du Congo et en Haïti

Le mardi 29 avril 2014 à 19h

Maison des Associations

Salle Rachel Carson

15, rue des Savoises • 1205 Genève

(de la gare : Tram 15 et bus 1)

Entrée libre

Réservation au 022 751 11 20 ou par courrier électronique ( Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ) jusqu'au lundi 28 avril.

Lire la suite...

Pensées sociales

« Refonder la nation aujourd’hui implique de déconstruire au préalable l’édifice dont les joints de la fondation avaient une force de liaison négative, d’édifier la nouvelle nation sur des bases non disjointes, intégratives et solidaires.»
Franklin Midy, sociologue, février 2010

Emission Radio

Écoutez
l’émission radio
d’ENFO-LIEN sur

RADIO KISKEYA

88.5 FM stéréo

DIMANCHE 11H AM- 12H

MARDI 9H - 10H SOIR

JEUDI 9H AM – 10H AM

Capsules

HAIDEV.NET
wwww.haidev.net
contact@haidev.net
(509) 3776-2053

Le choix de la qualité !


Votre Solution IT:

- Développement
- Base de données
- Systèmes et Reseaux
- Site dynamique
- Emails / Domaine
- Online Backup
- Conseils, Matériels


 

FONDATION FORMATION ET
ÉDUCATION POUR HAΪTI (FFEH)
ffeh_ffea@yahoo.fr

logo ffehServices offerts
▫ Formation d’enseignants axée sur les pédagogies modernes
▫ Vulgarisation de l'approche
‘’Pédagogie du texte’’(PdT)


N.B. Cherche Organismes intéressés à financer la construction et le fonctionnement d'un centre de formation d’enseignants