• FORUM CITOYEN
    FORUM CITOYEN
    Initiative de CE-JILAP, CEDH et OHJ;
    un espace de plaidoyer pour la réforme de la Justice en Haïti.
  • FEDA
    FEDA
    Ferme d’expérimentation et de démonstration apicole d’Anse-à-Veau, modernise l’apiculture, soutient les associations de paysans apiculteurs et vous offre ses produits naturels : ldromel l’Ansavelais, sirop de miel, vinaigre et bougies Rocher Laval.
  • FEDA
    FEDA
    Ferme d’expérimentation et de démonstration apicole d’Anse-à-Veau, modernise l’apiculture, soutient les associations de paysans apiculteurs et vous offre ses produits naturels : ldromel l’Ansavelais, sirop de miel, vinaigre et bougies Rocher Laval.
  • enfolien.net
    enfolien.net
    Comment améliorer la situation de nos paysans ?
  • enfolien.net
    enfolien.net
    Quels programmes pour la survie de nos enfants ?
DOCUMENTAIRE / LE SERVICE ’’LAJAN CASH’’ DE LA BNC : DES TRANSACTIONS FINANCIÈRES AU MOYEN DU TÉLÉPHONE PDF Imprimer Envoyer

De toute façon, comme nous parlons de banque, en suivant les explications données par M. Vixamar, on peut comprendre l’intérêt des responsables d’une institution financière comme la BNC, pour un tel programme:

‘’Pour la Banque, la compétition sur le marché haïtien est très rude ; elle est loyale mais il faut la faire pour gagner des parts de marché. Les banques doivent résoudre aujourd’hui le problème de l’augmentation et de la diversification de leurs sources de revenus. LAJAN CASH constitue une des réponses. Étant un produit nouveau, avec une grande demande potentielle, parce que beaucoup de gens possèdent un téléphone, il va nous permettre d’augmenter nos revenus. Nous travaillons pour stimuler cette demande et convertir les téléphones en banque à distance ou en porte-monnaie électronique. Ce qui nous apportera des revenus additionnels. Ainsi, sur le plan financier, non seulement nous diversifions nos sources de revenus mais nous tendons également vers l’augmentation de nos revenus.’’

Toujours selon le président du Conseil, ces intérêts financiers sont aussi liés à la nécessité de résoudre un problème qui se pose dans la société haïtienne. Des études ont en effet prouvé que 15% de la population seulement est bancarisée (Financial Access Initiative Research Framing Note, Octobre 2009). Pour expliquer ce fait, on peut incriminer la pauvreté, mais il est vrai également que les services bancaires n’arrivent pas dans tous les coins du pays pour satisfaire la demande potentielle de ceux qui en auraient besoin, comme le souligne M. Vixamar :

‘’Le problème général qu’on cherche à résoudre ici comme ailleurs, est celui de l’accès aux services bancaires. Nous vivons dans un pays de 10.7 millions d’habitants et divisé en 10 départements géographiques. Idéalement, il nous faudrait une banque commerciale dans chaque commune de la république, i.e. au total, 144 succursales. Ce qui est loin d’être la réalité d’aujourd’hui. Les banques commerciales font beaucoup d’efforts pour se déployer dans les dix départements géographiques, mais elles restent dans les chefs-lieux de départements. Les services bancaires en Haïti ont toujours été un phénomène urbain ; donc, discriminatoire, parce que nous avons une population qui vit en majorité dans le secteur rural. Ils devraient être inclusifs. Nous voulons étendre les activités bancaires, sans ouvrir des succursales, dans toutes les villes de province, et les rendre accessibles à un segment plus large de la population. Aujourd’hui, les technologies de l’information et de la communication permettent, à moindre coût, d’apporter les services aux gens. Même de manière limitée, quelqu’un qui est aux Irois, à Thomassique ou à Mont Organisé -pour prendre 3 exemples de communes très éloignées- peut avec son téléphone faire des paiements, des dépôts et des retraits, dès qu’il est affilié à un programme de banque à distance.’’

Ainsi, comme historiquement la BNC a été la première structure bancaire du pays à laisser Port-au-Prince pour apporter ses services à proximité des populations des villes de province, on peut comprendre actuellement que LAJAN CASH constitue encore une autre démarche pour toucher les populations des coins les plus reculés. Dans tout le pays, ce service vise une bonne fraction de la population disposant d’un téléphone portable ; parmi elle, ceux qui utilisent déjà le système bancaire et surtout ceux qui sont en dehors de ce système.

Fort de ces considérations, on peut maintenant passer aux détails sur cette technologie spéciale qui permet à la BNC de mettre sur pied son système de Banque mobile avec le programme LAJAN CASH.

Mme Pascale Élie est responsable de la compagnie HAITI PAY S.A. qui représente en Haïti, depuis 2010, la firme française dénommée TAGATTITUDE. Elle travaille actuellement avec la BNC sur ce programme. Elle est donc bien placée pour faire cette présentation au public :

‘’HAITI PAY dispose d’une technologie appelée NSDT, Near sound data transfer. La traduction française littérale : transfert de données rapprochées. Pourquoi rapprochées ? Parce qu’elle utilise le signal sonore, le son du téléphone. Comme quand on dit « Allo » , un son sort quand on fait une transaction. Ce qui permet de donner des informations sur cette transaction telles que celles relatives à la disponibilité de montant ou à la personne qui fait la transaction. Le signal sonore équivaut à un code qui fournit ces informations. C’est une technologie alternative à celle connue auparavant qui se sert de SMS ou bien de SIM spéciaux pour faire des transactions de banque mobile. Elle utilise plutôt le téléphone, notamment un appel qui est transféré à un serveur qui donne des informations sur le compte de l’utilisateur, son nom ; mais ceci de manière codée, sans répéter le nom de la personne ou son numéro de téléphone. Le code est donc décrypté par un autre serveur et c’est ainsi que la transaction passe. Quelque soit le modèle de téléphone ou le réseau, on peut avoir un compte LAJAN CASH.’’

Page 4 sur 12 Toutes les Pages

<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>
 

Petites Annonces

 
FEMMES RURALES HAЇTIENNES ET NOUVELLE TECHNOLOGIE (VIDEO)

PROJET JE NAN JE, ACTIONAID, UNDEF

Ouvrir la vidéo

Lire la suite...
 
DES FEMMES RURALES HAЇTIENNES VEULENT AVOIR ACCÈS À LA TERRE (VIDÉO)

PROJET JE NAN JE, ACTIONAID, UNDEF

Ouvrir la vidéo

Lire la suite...
 
VOIX DE FEMMES RURALES HAЇTIENNES DÉPOSSÉDÉES DE LEURS TERRES (VIDÉO)

PROJET JE NAN JE, ACTIONAID, UNDEF

Ouvrir la vidéo

Lire la suite...
 
TERRE, EAU, SEMENCES, ENVIRONNEMENT, CHEMINS DE LA VIE - MOBILISATION DU MPP : JOUR DE L’ENVIRONNEMENT

MPP

À l’occasion du 5 Juin, journée internationale de l’environnement, depuis quelque temps, le MPP (Mouvement Paysan de Papaye), en collaboration avec d’autres organisations paysannes, se mobilise sur la question des semences indigènes et la biodiversité en général. Le 5 Juin 2010, le MPP avait organisé une grande manifestation contre Mosanto qui avait fait don au gouvernement haïtien de semences de maïs hybrides ou OGM (organismes génétiquement modifiés) ; un cadeau empoisonné visant à éliminer les semences locales. Cette marche avait rassemblé plus de 20,000 paysans venus des quatre coins du pays.

Chaque année, le MPP entreprend des activités pour rafraîchir la mémoire sur les semences indigènes dont les paysans sont dépositaires, pour les mettre au service de l’humanité.  Ce sont les paysans et les peuples indigènes qui doivent gérer ces semences pour produire les aliments sains devant nourrir les populations de la planète. Aujourd’hui, les multinationales de l’agrobusiness veulent dépouiller les paysans de ce bien. Et nous autres, nous luttons contre cette machine. Nous défendons le droit à la production et l'utilisation de ces semences.

Les 4 et 5 Juin 2014, au Centre national de formation de cadres paysans de Papaye, les organisations membres du CLOC, de Via Campesina, en l’occurrence le MPP, le MPNKP (Mouvement Paysan National du Congrès de Papaye), TK (Tèt Kole), avec la participation de KROSE (Coordination Régionale des Organisations du Sud-Est), lanceront une grande mobilisation sur le thème : TERRE, EAU, SEMENCES, ENVIRONNEMENT, CHEMINS DE LA VIE.

Lire la suite...
 
Conférence sur la République démocratique du Congo et Haïti: Pour la Sagesse et la Paix

ASSOCIATION DUCHAMPS-LIBERTINO

ASSOCIATION DUCHAMPS-LIBERTINO pour l'encouragement de la Sagesse et de la Paix dans le Monde

CONFÉRENCE DE MARTINE LIBERTINO LE 29 AVRIL 2014

S'affranchir des émotions dans les programmes d'éducation pour la paix et dans l'aide au développement

Bilan et perspectives en République Démocratique du Congo et en Haïti

Le mardi 29 avril 2014 à 19h

Maison des Associations

Salle Rachel Carson

15, rue des Savoises • 1205 Genève

(de la gare : Tram 15 et bus 1)

Entrée libre

Réservation au 022 751 11 20 ou par courrier électronique ( Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ) jusqu'au lundi 28 avril.

Lire la suite...

Pensées sociales

« Le discours ou l’imaginaire de la refondation nationale actuellement en circulation fait référence à la première fondation qui institua la société double non séparée.»
Franklin Midy, sociologue, février 2010

Emission Radio

Écoutez
l’émission radio
d’ENFO-LIEN sur

RADIO KISKEYA

88.5 FM stéréo

DIMANCHE 11H AM- 12H

MARDI 9H - 10H SOIR

JEUDI 9H AM – 10H AM

Capsules

FONDATION FORMATION ET
ÉDUCATION POUR HAΪTI (FFEH)
ffeh_ffea@yahoo.fr

logo ffehServices offerts
▫ Formation d’enseignants axée sur les pédagogies modernes
▫ Vulgarisation de l'approche
‘’Pédagogie du texte’’(PdT)


N.B. Cherche Organismes intéressés à financer la construction et le fonctionnement d'un centre de formation d’enseignants

HAIDEV.NET
wwww.haidev.net
contact@haidev.net
(509) 3776-2053

Le choix de la qualité !


Votre Solution IT:

- Développement
- Base de données
- Systèmes et Reseaux
- Site dynamique
- Emails / Domaine
- Online Backup
- Conseils, Matériels